G.A Biligui: LA TOUR DE BABEL, l’expression de la détermination humaine..

0
853
G.A Biligui: LA TOUR DE BABEL, l’expression de la détermination humaine..
Dans mes billets, je m’efforce de nous amener à la réflexion sur le monde qui nous entoure, avec un œil décalé. Aujourd’hui, je reviens avec une nouvelle interrogation : LA TOUR DE BABEL
Pour la plupart d’entre nous, il ne s’agit que d’une lointaine référence religieuse, d’autres ne sachant même pas de quoi il en ressort. Alors creusons un peu le sujet, que pouvons nous utiliser comme sources de cette “légendaire” Tour ?
Une rapide recherche sur internet nous amène à découvrir qu’on a une connexion entre les trois religions monothéistes, mais pour être audible auprès d’un plus grand nombre prenons la références biblique :
“l’histoire de la tour de Babel (Hébreu : מגדל בבל Migdal BABEL, en arabe : برج بابل Burj Babil) est un épisode biblique rapporté dans la parashat Noa’h, en Genèse 11:1-9.
Peu après le Déluge, alors qu’ils parlent tous la même langue, les hommes atteignent une plaine dans le pays de Shinéar (dans la Vallée de Sennar) et s’y installent tous. Là, ils entreprennent par eux-mêmes de bâtir une ville et une tour dont le sommet touche le ciel, pour se faire un nom. Dieu les voit, et estime que s’ils y arrivent, rien ne leur sera inaccessible. Alors il brouille leur langue afin qu’ils ne se comprennent plus, et les dispersent sur toute la surface de la terre. La construction cesse. La ville est alors nommée BABEL (terme proche du mot hébreu traduit par « brouillés »). Notons que la Vallee de Sennar se situe en Mésopotamie (ancienne Sumer), ce nom viendrait de la déformation de Shene nahar (« deux rivières ») ou de Shene or (« deux cités »).
Si vous avez lu mes précédents billets, notamment celui sur les annunakis, vous aurais fais le lien entre la mythologie biblique et sumérienne que j’avais mis en évidence. Poursuivons, donc la Bible nous dis que Dieu fut contrarié par ces humains un peu trop aventuristes et visiblement trop unis dans le seul but de l’égaler.
Les sceptiques, nous dirons que il ne s’agit la que d’une parabole, comme on peut en trouver des centaines dans les livres saints. Bien qu’il soit rare de retrouver la même référence avec autant de précision dans chacun de ces livres, accordons leurs du crédit et prenons cela pour une parabole. Donc les hommes de ce temps se sont retrouvés autour d’un but commun : atteindre les Cieux et égaler leur créateur.
Ma question de ce jour sera assez simple , l’homme d’aujourd’hui n’est’il pas dans la même démarche, lorsqu’on parle de génétique entre autre? Poussant même le mimétisme sur ces ancêtres en construisant des Tours toujours plus hautes. Un autre exemple, lorsque nous voyageons dans un autre pays et que nous ne parlons pas la langue locale, n’existe-t-il pas une langue vivante qui nous permet de nous comprendre tous, si je vous dis : ” YES!!” chaque homme de cette planète comprendra ce que je dis, et j’imagine que vous avez saisis mon propos…
Alors, parabole, mythe ou légende, LA TOUR DE BABEL est l’expression imagé de l’ambition de cette humanité, sans cesse en quête de grandeur et de dépassement. Par le passé, notre ambition fut freiné par cette entité que certains appellent DIEU, ALLAH , mais nous restons déterminé, car cela est ancré en nous, après tout, n’avons-nous pas été fais à l’image de nos créateurs?